Le papa qui avait oublié qu’il avait été un enfant.

Tout commença lors que Cumulus le petit nuage décida de faire des dessins. Il avait beaucoup de plaisir à créer ses formes. Un jour un enfant qui était couché par terre et qui regardait le ciel vit cumulus et un sourire apparu sur son visage. Alors Cumulus courut vite voir son papa pour lui dire comme il était heureux. C’est alors que Stratus, son papa, dit de sa voix grave : «tu devrais arrêté tes niaiseries, tu ne gagneras pas ta vie avec ça. Va plutôt faire tes devoirs ».

Cumulus eut beaucoup de peine et il pleura. Il pleura de ne pas avoir été accueillis dans sa joie, il pleura le manque de reconnaissance de son père dans sa différence, il pleura sans arrêt, même si dans sa famille, on disait que les nuages ne doivent pas pleurer, car s’ils pleurent trop ils peuvent disparaître.

Stratus était inquiet et soufflé par une telle peine. Lui qui ne pleurait jamais, ne savait plus quoi faire. Il se fâcha même après cumulus et on entendit le tonnerre. Mais, rien n’a faire, Cumulus pleurait de plus belle.

C’est alors que Stratus, au désespoir, alla voir le Soleil. Il lui dit qu’il n’était plus capable d’entendre pleurer Cumulus. Il dit : « il me fait pensé a… il me fait pensé… ». Le soleil qui n’était pas très patient lui demanda alors : «il vous fait penser à qui?»  Il me fait penser à moi, dit Stratus qui éclata en sanglots et en orages. Quand j’étais petit, j’aimais faire des dessins et je croyais faire cela toute ma vie, mais j’ai dû abandonner, car mon père, Cirrus, est tombé malade et l’on avait besoin d’argent à la maison. J’ai même oublié cela pour ne pas avoir de la peine et c’est comme cela, en gardant ma peine, que je suis devenu Stratus. Quand Stratus revient à la maison, il n’était pas reconnaissable… il avait l’air si léger.

Il raconta à Cumulus toute la peine qu’il avait eue quand grand père Cirrus était tombé malade et qu’il avait cessé d’être un enfant. Alors, Cumulus comprit que son papa lui ressemblait beaucoup plus qu’il ne le croyait et ils firent une pluie de joie ensemble.

Savez-vous comment reconnaître la pluie de joie?

Il y a un arc-en-ciel qui traverse le monde des nuages.

En as-tu déjà vu une?

Roberto Mayer

Tous droits réservés : Éditions Usmose

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s